Retraites par capitalisation

Au rez-de-chaussée d’un immeuble cossu de New York ouvert au public se trouvent une boutique de design ainsi qu’un bar, duquel s’échappe une harmonieuse mélodie improvisée par un pianiste pour le plus grand bonheur d’une clientèle huppée. Cet édifice appartient à BlackRock. Avec Vanguard et State Street, la société forme le gang des « Big Three » : les trois géants de la gestion d’actifs. Ensemble, ils cumulent environ 15 000 milliards de dollars (13 500 milliards d’euros) de capitalisation, soit l’équivalent du produit intérieur brut (PIB) de la Chine, et contrôlent un bloc majoritaire d’actions dans 90 % des entreprises du S&P 500, le premier indice boursier américain.

Mais les deux acolytes de BlackRock ne sont que des nains à côté de ce Léviathan financier. Avec un chiffre d’affaires supérieur à 12 milliards de dollars et près de quatorze mille « collaborateurs » dans une trentaine de pays, la société de M. Laurence D. Fink gère à elle seule plus de 6 000 milliards de dollars, soit près de deux fois et demie le PIB de la France.

BlackRock collecte ces sommes auprès de ses clients afin de les placer dans les titres d’entreprises du monde entier. Notamment à travers son produit-phare : l’Exchange Trading Fund (fonds négocié en Bourse, ETF). Dès lors qu’il dispose d’un minimum de 600 euros, n’importe quel quidam peut faire appel aux bons services de M. Fink, avec 2 378 modalités d’investissement possibles. Mais si BlackRock s’adresse aux « petits », auxquels l’institution propose des frais de gestion dix fois inférieurs à ceux prélevés pour les placements classiques, il ne néglige pas les gros poissons. Comme le fonds souverain norvégien, le plus important de la planète.

Extrait de l'article paru dans le Monde diplomatique de janvier 2020

Aurélie Piau. — « Et c’est ainsi que les carottes furent cuites », 2014, article du Diplo

Lieu à trouver

20h45

Conférence-débat avec Sylvain LEDER

Professeur de Sciences Économiques et Sociales

a coordonné larédaction du “Manuel d'économie critique” publié par le Monde diplomatique en 2016

En partenariat avec

Retour

programme

© 2020 par  les Amis du Monde diplomatique de l'Aude. Créé avec Wix.com

Les Amis du Monde diplomatique de l'Aude

Contact : contact(at)amisdiplo11.org

Suivre

twitter.jpg
Facbook.jpg

04 68 47 69 22